Province d’Ifrane: Face à la léthargie des Communes,.Vers un changement de paradigme

0

احصل على تحديثات في الوقت الفعلي مباشرة على جهازك ، اشترك الآن.

 

Mohamed EZZINE

 

Le bilan chaotique du mi-mandat des conseils élus des Communes de la province d’Ifrane semble pousser les Autorités Gubernatoriales à repenser et à adopter une nouvelle conduite en imposant un rythme ébouriffant dans le traitement de « l’action publique », avec une implication ferme et directe dans le suivi, l’évaluation et la responsabilisation des acteurs publics.

Comme constaté par les observateurs avisés, ces derniers temps, les signes annonciateurs, qu’un changement émerge accouchant d’un nouvel paradigme, sont visibles pour ceux qui veulent le reconnaître. En premier les élus locaux qui, face à l’actuel contexte socio-économique difficile, semble être en état d’apesanteur.

D’ailleurs, le gouverneur de la province d’Ifrane, n’est pas allé, et à maintes reprises, avec le dos de la cuillère, pour fustiger publiquement le manque d’initiatives et d’alerter sur la distanciation et le gap qui s’élargit entre les attentes des citoyens et les réponses de leurs édiles. « La situation impose un sursaut collectif », martèlera-t-il au cours d’une réunion tenue au siège de la province consacrée à la crise de l’eau en sommant tous les intervenants à « fournir, sans plus attendre, des réponses concrètes ».

Cette crise qui a révélé un effacement total des conseils élus sur une question plutôt vitale, a été la goutte qui a fait déborder le vase et donne raison de dire que les représentants des citoyens préfèreraient « voir ailleurs alors que la maison brûle. », sic.

Cette question de l’eau, son plan de lutte contre son gaspillage et autant d’autres actions et des projets de proximité visant le développement territorial met en évidence l’acmé de la vacuité des programmes des Communes projetés dans leurs PDC et dont la mise en œuvre est envoyé aux calendes grecques.

Le dénouement en cours des blocages pilotés par le gouverneur de la province en personne est largement salué par le tissu associatif et les cercles avisés.

D’autant plus que les résultats n’ont pas tardé à arriver. Depuis la fin de l’année passée, la province d’Ifrane s’est transformée en chantier à ciel ouvert et a vu sortir de terre un ensemble de projets structurants qui gisaient depuis des années dans les tiroirs. (on y reviendra en détail).

Le siège de province d’Ifrane s’est transformée en effet en fourmilière d’administrateurs pour élaborer, suivre et réaliser les projets en souffrance avec comme mission d’accélérer le rythme d’exécution des décisions dans le cadre d’un échéancier précis affichant au fronton la consigne « aucune lenteur ne sera tolérée. » D’ailleurs, plusieurs responsables se sont fait remonter les bretelles, ces derniers jours, pour avoir négligé la consigne.

D’après les chiffres dont nous disposons, pas moins de 120 milliards seraient alloués à la commande publique au niveau des différentes Communes territoriales de la province du cèdre. De quoi balayer tous les scepticismes, de dégommer le négativisme ambiant et de s’inscrire dans cette dynamique positive en mobilisant toutes les énergies. Dans cette voie, les représentants des citoyens sont plus que jamais interpellés pour agir avec efficience. On évitera ainsi de prendre la mandale sur la joue du second mi-mandat.

A bon entendeur salut !

Mohamed EZZINE

اترك رد

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.